Sports

À Nancy, comment sont accueillis les réfugiés ukrainiens


Tatiana Geiselmann, édité par Thibault Nadal

Selon le Haut commissaire aux réfugiés, la France devrait compter 100.000 réfugiés ukrainiens d’ici à quelques semaines. À Nancy, 100 personnes, principalement des femmes et des enfants, sont arrivés ce samedi matin. Le maire de la ville Mathieu Klein nous explique comment va se passer cet accueil.

REPORTAGE

La crise humanitaire s’amplifie. Plus de 3,3 millions de réfugiés qui ont désormais fui l’Ukraine. En France, la solidarité continue de s’organiser, comme à Nancy ou 100 réfugiés ukrainiens, parmi lesquels 40 mineurs sont arrivés en fin de matinée.

Après plus de vingt heures de route, les 100 ukrainiens que la ville de Nancy est allée chercher en Pologne sont fatigués, mais soulagés. Parmi eux, Marina, partie de Kiev avec son fils de 8 ans. “Je suis fatiguée par la route, mais surtout, je suis très inquiète parce que je ne sais pas ce qu’il va se passer pour nous”, dit-elle. Cela commence par un repas chaud et une visite médicale. Ensuite, chaque famille ukrainienne va rencontrer sa famille d’accueil. Cette arrivée va provoquer “beaucoup de formalités administratives”, même si certaines “ont déjà été préparées durant le trajet, comme l’appareillement avec des familles, qui se portées candidates”, explique Mathieu Klein, le maire de Nancy.

Les familles vont accueillir les Ukrainiens pendant 10 jours minimum

Parmi ces Français prêts à accueillir des réfugiés, Julie, 37 ans, qui va héberger un jeune mineur ukrainien arrivé sans ses parents. “Je suis assez choquée par ce qui se passe en Ukraine et je me suis posé la question comment je pouvais filer un coup de main. J’ai une chambre d’amis dans mon appartement et du coup, je me dis autant qu’elle soit occupée par quelqu’un”, confie-t-elle.

Comme chaque famille d’accueil, Julie s’engage à héberger ce jeune pendant minimum 10 jours avant qu’une solution plus pérenne soit trouvée. 



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.