Sports

Le Foll craint moins de députés à gauche avec l’accord PS-LFI

Le maire socialiste du Mans Stéphane Le Foll a fustigé lundi l’accord entre le PS et La France insoumise (LFI), une “erreur” électorale qui risque selon lui d’entraîner une baisse du nombre de députés de gauche à l’issue des législatives. Lors d’une conférence de presse, l’ancien porte-parole du gouvernement a récusé l’idée qu’une “dynamique de l’union va créer automatiquement une dynamique électorale”. “J’ai parfaitement mesuré qu’une partie de l’électorat insoumis traditionnel aura du mal de toute façon pour voter pour les socialistes et une grande partie de l’électorat socialiste, qui est européen (…), aura du mal à voter pour des candidats soutenus (par les insoumis) ou insoumis”, a-t-il assuré.

Une union “pas bien construite”

“Au bout de cela, comme elle n’est pas bien construite cette union, et que c’est une fusion qui a été faite autour de l’idée que c’est Jean-Luc Mélenchon qui va devenir Premier ministre, au fur et à mesure que ça va se mettre en œuvre, on va voir la difficulté de l’application de ce type d’accord”, selon lui. Ainsi, l’ancien ministre de l’Agriculture pense qu’au soir du second tour “il y aura moins de députés dans le cadre de l’accord que de députés sortants. C’est pour cela que je le conteste sur le fond, mais même en termes de réalité électorale, je pense que c’est une erreur”.

Interrogé sur la possibilité de se présenter aux législatives dans la Sarthe, Stéphane Le Foll a sans surprise fait savoir qu’il restait maire du Mans. “J’ai fait un choix en 2018 d’assurer et de prendre la suite de Jean-Claude Boulard, je me suis représenté en 2020 et je suis maire et président de la communauté urbaine et du Mans métropole. Je vais continuer ce mandat”, a-t-il dit, ajoutant qu’il n’envisageait pas de quitter le Parti socialiste. 

L’équation Jospin

Alors que de nombreuses figures du PS ont dénoncé l’accord avec LFI, Stéphane Le Foll a demandé d’éviter tout “emballement” sur des mesures d’exclusion. Il a évoqué notamment le cas de Lionel Jospin, soutien de la socialiste Lamia El Aaraje, qui envisage de se présenter en dissidence à Paris. “Lionel Jospin ne va pas être exclu quand même, je ne comprendrais pas ! Il y a beaucoup de monde qui n’accepte pas l’accord aujourd’hui. Il faut (…) éviter un emballement dans les mesures de répression et de rétorsion, puisque ça ne sert à rien”, a dit Stéphane Le Foll.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.